Planeur "Puy-Loup" par Louis K.

Modérateurs: tweety_pie, Louisplaneurs

Planeur "Puy-Loup" par Louis K.

Messagede Louisplaneurs » 17 Sep 2007, 15:05

bonjour,

voici le planeur dont j'ai commencé la construction : le Puy Loup...
Image

Pourquoi le Puy-Loup ?

Je l'ai souvent remarqué à la Banne d'Ordanche où je fais du vol en thermiques : les grosses machines, on ne les voit pas souvent voler... dans ce coin là . En effet, plus un planeur est lourd et moins il vole.
Plus il est grand et plus il est lourd. Mais il y a également des petits planeurs qui ont une forte charge alaire et qui à leur façon sont lourds....

Pourtant un grand planeur c'est bien : cela permet de voler loin grâce à une finesse accrue. Mais comme un grand planeur est plus lourd, il lui faut plus de portance pour voler et donc quand les pompes ne sont pas trés fortes, ou rares et bien il reste au hangard et on préfère voler sur du "petit".
Et pour peu que l'on ai amené à la pente que du "gros" qui ne peut pas voler, et bien on est privé de pilotage.... A la longue, on n'amène plus que du "petit planeur" ou du "moyen", pour être sûr de voler.

Le Puy-Loup a un peu pour challenge de réduire cette contradiction. Avec une charge alaire de - de 50 grammes au dm², il devrait pouvoir voler trés souvent, seules les conditions de trés faible portance l'excluant du jeu..... voilà le challenge !!

De plus, comme il sera assez léger pour sa taille, et bien il sera plus facile à porter et à amener sur "zone" : ce n'est pas qu'un détail : demandez à vos reins !!

Quels sont les "principes actifs" du Puy Loup ?

1- les idées générales

D'abord une faible charge alaire : voir plus haut ! Le Puy-Loup est un peu le descendant de l'Azuréa 3300 (voir le post qui lui est dédié). Ce sont ses caractéristiques de vol et les résultats obtenus qui m'on incité a lui donner un "grand frère". Cependant, l'augmentation de la taille ne me permettait pas de faire un "simple agrandissement à la photocopieuse".

Choix du fuselage :
Les masses et moments étant plus importants, je l'ai doté d'un "vrai" fuselage monocoque, avec implantation des ailes semi-médiane afin d'obtenir de meilleures inter-actions ailes-fuselage (meilleur écoulement de l'air).
De même, les ailes sont suffisamment assez hautes d'une part pour que les volets en position baissée n'aillent pas ramasser "tout ce qui traîne au sol" au moment de l'atterrissage, et d'autre part afin de ménager une excellente prise en main pour le lancer. Quand le vent ne sera pas trop fort, il sera trés aisé de le lancer d'une seule main tout en courant quelques pas.....

Empennages :
Je l'ai doté d'un empennage cruciforme, afin d'avoir un effet plus"net" de la dérive. Le stabilisateur sera pendulaire, ce qui devrait me permettre de le faire plus léger, notamment avec l'absence d'articulation des parties mobiles.


2- le profil : il s'agit du Selig 3021

Ce profil de 9,5 % d'épaisseur relative (de 10,5 à 9,5% sur le premier quart de l'aile) va lui permettre "d'avancer" et de ne pas être un planeur qui s'effondre dès que l'on "pousse" un peu sur le manche parce que le profil trop épais génère une forte trainée dès que la vitesse s'accroit.
Prenez par exemple le Pégase S2G de 4 mètres : il est trés léger et a un profil de 15% d'épaisseur relative. A cause de ce profil trop épais, il faut le charger pour qu'il avance : c'est un peu dommage !
Ce profil possède par ailleurs 3% de creux relatif : abaisser les volets n'est pas nécessaire pour voler dans les thermiques. Les volets servent uniquement à avoir une forte pente d'approche à l'aterrissage avec une vitesse réduite.

3- les dimensions et formes d'aile
Le Puy-Loup a une forme d'aile semi-elliptique, afin de minimiser la traînée induite. Ses cordes (270 à l'emplanture, 140 au saumon) donnent au profil des conditions idéales de fonctionnement.
Les volets à 26% de la corde d'aile lui permettent de poser trés court (enfin devraient : à vérifier )

4- le dièdre :
Le dièdre multiple accroit la stabilité en spirale, facilite la mise en virage et rend l'appareil trés gratteur, outre sa charge alaire. Le dièdre est un élément trés important du confort général de pilotage d'un planeur et participe beaucoup de ses qualités voilières.

Techniques de construction employées :

Les ailes sont construites en structure tradionnelle. Le fuselage lui est construit en sandwich balsa-fibre. Cela permet d'avoir quelque chose de léger, bien plus solide qu'un fuselage sorti d'un moule tradionnel et surtout la réalisation est beaucoup plus rapide que le cycle master-moule-fuselage. En atteste le calendrier de réalisation du fuselage que vous allez pouvoir découvrir ci-dessous.

Au surplus, s'il y a une demande, le fuselage pourra toujours faire office de master lui même, afin de tirer un moule et des fuselages pour d'éventuels intéressés.


Un planeur avec peu de concurrents :

Tel que je le vois, ce planeur ne va pas avoir beaucoup de concurents dans sa catégorie.... Le diamant d'Hemut Quabeck est trés beau, et sur le plan aérodynamique est surement bien mieux étudié et optimisé que mon modeste planeur. Seulement il arrive à peser 7 à 7,5 kilos avec un train rentrant (voir essai dans Fly) : autant dire qu'il sera dans bien des cas au sol avec ses 80 grammes au dm², quand celui là sera en l'air ... !

Le Vortex de Tangent (j'en ai un qui attend sa mise en service.... dans mon séjour depuis plusieurs mois) : alors que les ailes du Puy Loup vont faire dans les 2100 grammes, les siennes font 3400 grammes soit 62% plus lourd ! Et encore les cordes du Vortex sont généreuses et la charge alaire de ce planeur non ballasté se situe vers les 60 grammes au dm² ce qui est pas mal (c'est pour cela que je l'ai acheté d'ailleurs : ses ailes)

Décidément, le produit le plus utilisé par nos voisins allemands pour construire les planeurs, c'est le béton !

Plus surement, je verrais bien comme concurrent pour ce planeur les premiers Alpina, moins lourds que les actuels 4001 et dont nombre volent encore : autre façon de dire qu'ils n'ont toujours pas été remplacés. Mais ses cordes sont moins généreuses, et il n'y a pas de dièdre multiple....

.... à confirmer avec les essais en vol !!!

Louis
Dernière édition par Louisplaneurs le 18 Déc 2007, 14:03, édité 19 fois.
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1107
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Messagede Louisplaneurs » 18 Sep 2007, 08:40

Construction du fuselage :

C'est parti !

Image

Le fuselage monocoque est construit par moitié selon le plan de symétrie.
Les couples seront recouverts de balsa 30/10 èmes qui sera ensuite fibré.
aprés démoulage, les couples sont enlevés (sauf 4 : 2 au niveau des ailes, 1 à l'avant et 1 à l'arrière).
L'intérieur du demi-fuselage est ensuite fibré à son tour.

Image

en haut et en bas des couples, se trouve de la baguette triangulaire sur laquelle viendra prendre appui le coffrage notamment entre les couples. De plus, cette baguette triangulaire viendra augmenter la surface de collage lors de l'assemblage des deux demi-coquilles.

Image

Image

Image

Le couple C3 a été évidé, et renforcé de CTP 8/10èmes de chaque côté : il fait partie de ceux qui ne seront pas arrachés.

à suivre..... Louis
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1107
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Messagede Louisplaneurs » 20 Sep 2007, 13:19

Image

le coffrage de la première moitié du fuselage a commencé : une affaire qui avance bien ! Il est réalisé en balsa 30/10 èmes.

Pour Guillaume : tu dis que je fais de plus en plus gros...., tu n'a pas du bien regarder, c'est l'inverse :D

En effet, ce planeur est plus petit que le Zugvogel de 5 mètres ! Cependant, il reste d'une taille respectable ...

Louis
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1107
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Messagede Louisplaneurs » 21 Sep 2007, 09:13

La dérive : si au démoulage elle est tordue, je la coupe et la recolle d'aplomb.
sinon sur le plan, j'avais dessiné le pied de dérive insuffisamment large, ce qui ne permettait pas d'y loger le mécanisme de commande de la profondeur : la honte !
J'ai du redessinner le plan à partir des derniers couples, et le juxtaposer sur celui qui était déjà en place (on le voit sur la photo)

Bon, ce week-end, tout cela devrait être fini de coffrer et fibré : la semaine prochaine, on pourra attaquer l'autre demi coquille.

Image
Dernière édition par Louisplaneurs le 19 Nov 2007, 23:52, édité 1 fois.
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1107
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Messagede Louisplaneurs » 24 Sep 2007, 08:37

stratification du fuselage :

Image

Voila le demi-fuselage entièrement coffré en balsa 30/10ème : on ponce un coup et on y est assez vite !

Image

le fuselage reste fixé au plan de travail grâce aux épingles mises initialement pour tenir les couples en position verticale. On évite ainsi tout risque de déformation.


Image

Avant de stratifier, on passe du bouche pore, afin que le balsa absorbe moins de résine. Utiliser du bouche-pores de Bondex, ou bien du Véraline, et pas celui qui est sur la photo, car il alourdit :cry:


Image

Les "outils" à utiliser. Le rouleau est un facteur-clé de succès : il permet d'aller vite, enlève les excès de résine pour les mettre là où il n'y en a pas, essore bien le tissu. Il en va un peu de la stratification comme de la marine à voile où "une manoeuvre bien faite est une manoeuvre vite faite".

Image

pose des tissus : on met une couche de 160 grammes, puis dessus une de 50 grammes. Comme cela on obtient ab initio un état de surface déjà trés correct.

Louis
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1107
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Messagede Louisplaneurs » 25 Sep 2007, 09:51

Image

voilé côté pile la première moitié : on visualise l'ensemble des couples posés tous les 60mm, et qui assurent un bon respect des formes

Image

Les couples qui ont été ajourés sont ceux qui resteront : tous les autres seront arrachés. Le coffrage de balsa + la baguette triangulaire sur le plan de symétrie assurent une surface de collage confortable pour l'assemblage des 2 demi-fuselages.
Ajoutés aux "couples permanent", on obtient quelque chose qui sera bien en forme pour l'assemblage final du fuselage et exempt de toute déformation.

Image

Voila la demi-coque côté stratification : pas de doute, on va avoir un beau fuselage....

Image

L'autre côté est commencé : il y a un indice sur la photo qui dit bien que je ne fait pas un deuxième côté gauche, lequel ?

Image
Dernière édition par Louisplaneurs le 25 Sep 2007, 10:26, édité 4 fois.
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1107
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Suivante

Retourner vers Constructions illustrées en photos

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité