Planeur Reiher II (v2008) par Louis K

Modérateurs: tweety_pie, Louisplaneurs

Planeur Reiher II (v2008) par Louis K

Messagede Louisplaneurs » 10 Jan 2008, 09:37

Voilà, à nouvelle année, nouveau projet : Le Reiher II....

C'est toute une histoire, oui une histoire : car pour se projeter dans ce nouveau projet, il faut un peu rétropédaler.

Le planeur grandeur :

Le premier modèle est sorti en 1937 . Un planeur tout en superlatifs avec 19 mètres d'envergure, 19 d'allongement et 33 points de finesse : un record pour l'époque... Surtout avec les moyens utilisés : les colles résistaient mal à l'humidité, et il n'y avait pas de matériaux composites . Sortir cela avec juste du pin et du contreplaqué, ll fallait le faire ! Ce planeur ne fut construit qu'à quelques exemplaires : 1 pour le Reiher 1 (il avait des volets, la partie avant du fuselage plus renflée, 1 exemplaire pour le type 2, une petite dizaine pour le type 3 qui différait par de menus détails.
Pour la petite histoire,un exemplaire a été reconstruit en Allemagne et vole régulièrement dans les meetings de planeurs anciens.

Image
http://www.osc-wasserkuppe.de/flugzeuge_reiher.htm
photo: Hiroshi Seo


Mes antécédents avec ce planeur :

Eh oui, on peut parler d'antécédents...
C'est dans "the world's vintage saiplanes 1908-1945" de Martin Simons, paru en 1987 que j'ai découvert ce planeur, et je m'en suis... "entiché". Dès mes débuts d'aéromodéliste, j'ai voulu en construire un (à partir de mes propres plans bien sur....)

le Reiher modèle 2001 :

Voilà ce que fut le résultat : (présentation à la Banne d'Ordanche en 2002)

Image

Pour les formes et proportions, choix du profil il n'était pas trop mal réussi. Il souffrait malheureusement de faiblesses structurales, dues évidemment à mon manque d'expérience :
- les clés d'ailes étaient en tubes de carbone (et non en jonc)
- les semelles de longeron étaient en balsa (....)
au montage des ailes (faites chacune en 2 parties assemblées), je m'était retrouvé avec un vrillage en bout de chacune de celles-ci. Par chance le vrillage était identique, et dans le bon sens (déporteur...) !
Le nez était rempli de plomb à rabord et la charge alaire n'était pas optimale...
Le planeur vola une fois à la Banne d'Ordanche pour le concours maquettes 2002 où il fut remarqué, bien que de taille modeste.


Image
On voit ici le modèle en vol à l'Alpe d'Huez en 2002. J'y allais à l'époque pour faire des stages et je ne savais pas piloter : une première erreur ça : construire des machines que d'autres pilotent !

Au cours d'un vol, en survolant d'autres emetteurs éloignés (imprudence), la reception fut brouillée, et le modèle s'écrasa. Les erreurs structurelles de conception apparurent au grand jour à ce moment là : clé cassées, ailes cassées, fuselage cassé en plusieurs endroit. En bref, il n'y avait que le plomb et l'équipement radio de récupérables !

le Reiher modèle 2003 :

Cela me doucha un peu, mais trés vite je me remis à l'ouvrage pour soritr le Dart 15, fin 2002, avant de me remettre sur le Reiher : sujet de prédilection s'il en est.
Fin 2003, je me remettais à l'ouvrage, donc pour sortir un Reiher en 4 mètres cette fois-ci, dont voici le résultat :

Image


La construction de ce planeur est en partie décrite dans un article de Modèle Magazine, plus particulièrement en ce qui concerne le fuselage en sandwich balsa fibre

Image

Esthétiquement, ce planeur fut une vraie réusssite : on le voit ci-dessous en vol à la Banne d'Ordanche au concours de 2004, avec Jeans Palais aux commandes. Ce planeur est trés beau, et ce jour là, il fut vraiment la coqueluche : Fly en fit sa couverture, et Modèle Magazine l'utilisa en tête de chapitre de sa rubrique planeur pour un de ses numéos.

Image

Néanmoins, car il y a un mais, ce planeur souffrait (et souffre toujours, car il est stocké entier au fond de ma cave) d'un grave défaut : il est aussi lourd qu'il est beau : il pèse plus de 8 kilos pour 90 dm². Autant dire qu'il ne peut pas voler par tous les temps ! Il n'a volé qu'une fois : celle où a été prise cette photo !
Une fois de plus, concevoir un planeur que je n'étais pas capable de piloter me menait dans une impasse....

Je peux en tirer toutefois beaucoup d'enseignements.... sur ce qu'il ne faut pas faire. Cela m'a permis de comprendre également que ce planeur de part ses formes est trés compliqué. Pour un modèle vraiment optimisé, il doit faire appel à des solutions étudiées....ce en quoi cette construction m'a finalement indirectement aidé. De la même façon qu'il y a des "concept-car", c'est un "concept-glider" en quelque sorte...


le Reiher 2008

Après la construction et le vol du Reiher 2003, je me suis dit : "plus jamais je ne construis de planeurs que je ne suis pas capablre de piloter" : et bien m'en prit !
Ce fut le point de départ des planeur Ask de diverses tailles, et qui en partant du petit Ka 7 de 2 m 50 m'ont permis de progresser en détente et sécurité...
Cependant, ce planeur je l'avais toujours dans la tête, et comme me disait mon père : "toi, quand t'as quelque chose dans la tête, tu l'as pas dans les pieds ".

Toutes ces années de construction et de vol m'on permis de mûrir toutes les questions posées par ce planeur aux formes compliquées.

En voici le plan 3 vues :

Image

Les diverses solutions techniques seront détaillées au fur et à mesure de la construction. Voici d'abord le cahier des charges du modèle ainsi que quelques unes de ses implications :

- ce modèle devra être léger pour voler le plus souvent possible (certes sans avoir la même disponibilité opérationnelle que le Puy-Loup par exemple) : c'est trés impliquant en termes de fabrication et de choix techniques (on y reviendra)

- ce planeur est envisagé pour faire de la voltige : sa morphologie l'y dispose assez bien

En clair, et une fois de plus, le but c'est de voler et pas d'obtenir la première place au statique dans un concours maquette. D'où quelques choix en découlant notamment en ce qui concerne la similitude avec l'original :

- ailerons racourcis : sur l'original, les ailerons ont une trés grande profondeur (+33%), et courent de la coudure de l'aile jusqu'au saumon. En terme de poids, c'est assez pénalisant : nécessite de réaliser l'aileron de chaque aile en 2 pièces, 2 servos sans parler de la turbulence en bout d'aile (....)

- volume de stabilisateur : ajusté à 0,50. Cela permet d'obtenir de meilleures caractéristiques de décrochage, de pouvoir centrer le planeur plus arrière, enfin bref d'avoir de meilleures caractéristiques de vol.

Par contre je compte bien conserver les aérofreins DFS conformes à l'originaux intrados extrados.

Au final pas de grosses différences avec l'original, mais le désir de voir ce planeur le plus souvent en vol !

Louis
Dernière édition par Louisplaneurs le 14 Jan 2008, 09:42, édité 1 fois.
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1245
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Messagede Louisplaneurs » 06 Fév 2008, 09:48

Bonjour

les grandes manoeuvres sont sur le point de commencer....

"Le père de tous les chantiers"

Vous vous souvenez en 1991 : la 1ère guerre du golf avec "la mère de toutes les batailles" ?
Et bien moi je vous présente pour la construction du Reiher le "père de tous les chantiers" ! Car celui-ci est assez balèze, notamment par le poids.
Cela me permet de construire l'aile d'un seul tenant, avec la garantie d'avoir un assemblage correct des deux trapèzes. Pour ce faire, après assemblage du "père de tous les chantiers", j'ai vérifié que celui-ci était bien exempt de tout vrillage, notamment en vérifiant à chaque coin de chaque panneau la hauteur par rapport au plan de référence.

Image

Conception du longeron

Point clé pour gagner du poids : optimiser le longeron

Le type de longeron retenu:

Je vais réaliser un longeron en I, un I assez épais. Nous sommes ici en présence d'une aile entièrement coffrée. Le longeron en I convient bien dans le cas qui nous intéresse : s'il offre une résistance moindre en torsion, la résistance à ce mouvement sera assurée par le coffrage intégral de l'aile. Par contre en flexion, toutes choses égales par ailleurs, il offre une aussi bonne résistance qu'un longeron caisson (âmes de part et d'autre des semelles)

Image

construction du longeron :

Le longeron se composera de semelles de carbone. Ce sont celles-ci que je vais réaliser en premier. Elles seront d'un seul tenant, intégrant la coudure de l'aile puisque moulées. Les semelles seront formées de bandes de carbonne uni-directionnelles dégressives de l'emplanture vers le saumon.
On voit ici tout de suite l'avantage : pas besoin de "renforts" (je mets exprès des guillemets au mot renfort) au niveau de la coudure, qui vont alourdir la pièce, si ce n'est pas créer d'éventuelles amorces de rupture...

Le chantier va constituer lui-même une partie du moule pour les semelles de longeron. J'aurais juste à rajouter un arrondi entre les deux plans. Il sera dès lors facile de mouler les semelles en les pressant sur un des bords chantier...

à suivre....
Louis
Dernière édition par Louisplaneurs le 10 Juil 2008, 09:15, édité 1 fois.
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1245
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Messagede Louisplaneurs » 06 Fév 2008, 14:02

Salut Sylvain

j'ai oublié de préciser :
il s'agit d'une aile tout structure, avec nervures et coffrage.
Donc les nervures, coupées seront ajoutées de part et d'autre du longeron.
L'aile sera entièrement coffrée en balsa.

Je compte utiliser un profil HQ. Pour cela, je vais construire l'aile sur des dépouilles d'intrados en styro bleu (découpées à la CNC), de façon à ce que le coffrage balsa (d'intrados) épouse exactement la forme du profil. Pour l'extrados, c'est beaucoup plus facile à respecter.
De plus, pas besoin de s'embêter avec des calles de queues de nervure.

C'est comme cela que j'avais fait pour le Reiher V2 (je parle des dépouilles), et j'en étais trés satisfait !

Louis
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1245
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Messagede Louisplaneurs » 24 Fév 2008, 18:04

Bonjour à tous,
bon en ce moment c'est pas la joie : j'ai changé d'ordinateur(j'en ai un tout neuf, mais il faut tout réinstaller ... :cry: )
Cela dit, maintenant j'ai l'ADSL, et pour télécharger les photos, je peux le faire de chez moi et ça c'est cool !

construction du stabilisateur :

Cette photo pour avoir une idée de ce qui se passe dans une planche de balsa.... J'avais besoin de découper l'une des deux amês du stab (une pour la partie fixe, l'autre pour la partie mobile)
Regardez ce qui se passe après le coup de cutter : le morceau que je viens de découper n'épouse plus du tout la partie qui était à son contact quelques secondes avant !
C'est qu'il s'en passe des choses dans une simple planche de balsa.....

Image
Si j'avais découpé la forme exacte de l'objet désiré, j'aurais eu quelque chose de tordu....J'ai donc découpé un morceau de balsa plus large que la forme exacte de l'objet désiré, histoire de relâcher les tensions qu'il y avait dans le bois.
Ce n'est qu'ensuite que je découpe à la forme exacte. Ce phénomène est à redouter quand on découpe dans une planche épaisse, quelque chose de section plus ou moins carrée....


Image

Le stab sera en deux parties, qui s'assembleront de part et d'autre de la dérive. Pour être sur que les deux parties se joindront sur un même plan, je les construis ensemble. J'ai moulé les fourreaux en fibre-résine autour du jonc de carbone de 5 mm. Ainsi, il n'y aura pas de jeu !

Image

Image

Voilà le stab bien avancé : il reste à réaliser l'articulation

Image

à suivre.....

Louis
Dernière édition par Louisplaneurs le 27 Fév 2008, 22:44, édité 1 fois.
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1245
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Messagede Louisplaneurs » 27 Fév 2008, 22:49

construction du longeron :


Image

Alors bon, j'avais prévu de mettre les fibres des âmes à 45°, mais finalement elles seront verticales. J'ai pris donc 2 planches de balsa 100/10 èmes, entre lesquelles j'en ai glissé une de 80/10èmes, décalée.
Le premier travail donc est de réaliser l'âme du longeron qui sera unique, est se trouvera entre les deux semelles.


Image

Comme on le voit sur la deuxième photo, il faut réaliser l'âme sur toute la longueur de l'aile. Pour information, la largeur du longeron sera de 25 mm à l'emplanture, et dégressive vers le saumon.

Comment sera ensuite réalisé le longeron ? En 2 temps ! Et 3 mouvements ?
1er temps : moulage de le semelle d'intrados:
je poserai les bandes de carbone UD sur le chantier, enduites de résine, et je plaquerai dessus, avec des serre-joints l'âme. De cette façon, les tissus de carbone d'une part seront bien "éssorés" afin d'avoir une bonne proportion matrice/renfort, et d'autre part devraient être correctement reliés aux fibres de l'âme, assurant ainsi une bonne liaison mécanique.


Louis
La fibre est la meilleure amie du balsa.
Avatar de l’utilisateur
Louisplaneurs
 
Messages: 1245
Inscription: 14 Mar 2007, 16:47
Localisation: Paris 15

Messagede tweety_pie » 28 Fév 2008, 10:48

Salut Louis

N'oublie pas de mettre un petit cout de cire sur ton plan de travail.

Mieux encore le scotch Maron d'embalage coller sur ton plan de travail
Petit coup de cire dessus (histoire que ca reste pas coller)
Tu pose ton carbone UD
Tu pose ton Longeron (d'ailleur ton idée de construction me semble pas mal pour ton longeron :D )
Tu pose une late dessus
Et tu mais de poid dessus (avec de serrjoint ou des livres ou autre)

Voila mon idée :lol:

J'ai hate de voir comment tu vas faire toi :lol:
Dernière édition par tweety_pie le 28 Fév 2008, 11:06, édité 1 fois.
tweety_pie
 
Messages: 84
Inscription: 25 Sep 2006, 17:05
Localisation: Toulouse

Suivante

Retourner vers Constructions illustrées en photos

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron